Effet placebo

Il vous est sans doute arrivé de tomber sur un livre dont le titre vous donne l'impression qu'on vous l'a volé. Quand cela m'arrive (de temps en temps), c'est toujours un mélange de satisfaction intellectuelle (c'était donc une bonne idée puisque quelqu'un d'intelligent l'a eue aussi, en tout cas c'était dans l'air du temps), d'humilité obligée…

Publicités

Arrogance de l’auteur

Dans une petite conversation faisant suite à mon billet précédent, une de mes lectrices m'a qualifié de menteur doué. Compliment que j'ai prudemment décliné, ce qui m'a valu en retour un deuxième qualificatif de modeste, que j'ai réfuté cette fois catégoriquement, arguant que l'écriture ne peut être qu'arrogante en dépit de tous les efforts, conscients…

Des explications crédibles

Je l'ai écrit ailleurs, on explique toujours trop, ne serait-ce que pour essayer de persuader les autres et soi-même que les choses sont explicables. Or, pour paraphraser la citation de Barbara Cassin dans le billet susdit, c'est parce que les choses sont inexplicables que nous n'en finirons jamais de (ne pas) les expliquer. Autrement dit,…

Intermède chinois

Cela fait près d'un demi-siècle (à la louche) que le chinois me travaille (beaucoup), et que je travaille le chinois (un peu), et j'aimerais aujourd'hui vous inciter à faire de même, et pas du tout, en tout cas pas seulement, parce que la Chine est devenue la première puissance économique mondiale. Quand je dis chinois,…

Il faudrait être encore plus simple

C'est le titre et le premier vers d'un poème de Jean Rousselot découvert il y a plus d'une vingtaine d'années au hasard d'une anthologie de la poésie française empruntée dans une bibliothèque et dont j'ai soigneusement oublié la référence. Je l'avais précieusement recopié dans un de mes cahiers de l'époque. J'avais eu du mal à…

Mille lectures, cent lecteurs, un acheteur

En préambule, je ne suis pas partisan de l'écriture inclusive, lecteurs ici signifie bien sûr lecteurs et lectrices, et même peut-être à peine plus de ces dernières. Je n'ai pas fait le compte, et ce n'est pas le sujet. Cela va faire bientôt six mois que j'ai posé Parure des Songes sur monBestSeller.com. Tout d'abord en…

L’hypertexte n’est pas mort

Je suis tombé amoureux du Web il y a un bon quart de siècle. Les amours de la quarantaine sont les plus violents. Je pensais naïvement, et je n'étais pas le seul à l'époque, que l'hypertexte allait permettre de nouvelles formes d'écriture en général et de littérature en particulier, bouleversant les rôles traditionnels de l'auteur…

Le vrai faux Pont Mirabeau

Trop facile d'écrire sur Paris, que ce soit un simple poème ou un roman en trois volumes. Tous les lieux sont tellement pétris d'histoire(s), il suffit d'évoquer un nom pour que surgisse un kaléidoscope d'images et de souvenirs, références artistiques et révolutions pleines d'envolées lyriques, poètes maudits et peintres au ventre creux, grandes amours impossibles…

La poésie voyage en contrebande

Je vais encore vous parler d'Alain Mabanckou, comme dans le billet précédent, à peine plus sérieusement. Je déguste actuellement à petites gorgées son excellent ouvrage Le monde est mon langage qui me donne envie de lire nombre d'auteurs dont le nom m'était pour certains à peine familier, et pour d'autres rigoureusement inconnu. Un livre qui vous ouvre la…

nom d’un porc-épic

je dois t'avouer qu'au début ça m'a un peu énervé cette façon d'écrire, sous prétexte qu'on est ivrogne ou porc-épic ou congolais on se permettrait de tout jeter comme ça sur la page, hein, sans capitale initiale ni point final, des ribambelles de virgules jusqu'à l'horizon à t'en coller la migraine, si bien que si…