Rémanences et masques vénitiens

J'ai bien cru avoir fâché ma première chroniqueuse, en me demandant tout haut en commentaire de sa chronique si elle n'aurait pas dû prendre un peu de distance avant d'écrire des choses aussi définitives. "Parure des songes ne s’explique pas, il se lit, il se déguste et je sais d’avance que ce livre restera gravé dans ma…

Publicités

La logique du colibri

On m'a conseillé aujourd'hui de publier sur Amazon. Ce serait à peu près la seule façon pour un auteur indépendant d'être visible, donc d'être lu, voire de vendre un tant soit peu ses ouvrages. Quitte à mettre son livre dans une vitrine, autant que ce soit celle du plus grand marché de la planète, là…

Sans commentaire

Quand j'ai posé "Parure des Songes" sur monBestSeller.com voilà à peine trois semaines, je venais de découvrir ce site un peu par hasard. Un contact avec Elen Brig Koridwen sur Google+, m'a conduit à rejoindre un groupe facebook, moi qui avais juré dans toutes mes vies antérieures ne jamais y mettre les pieds, et me voilà parlant avec…

Textum infinitum

Un billet d'Elen Brig Koridwen ce soir me pose question comme un nuage gris dans un ciel serein. Elen est la personne qui m'a introduit très simplement il y a peu, et sans me connaître, dans cette communauté des auteurs indépendants que je découvre depuis avec "rien que du bonheur" ... pour le moment. Du bonheur…

Chroniqueuses artificielles

Mes premiers pas dans le monde des auteur(e)s indépendant(e)s et de leurs chroniqueuses adorées et courtisées (oui on trouve aussi quelques chroniqueurs, en cherchant bien)  me confirment dans une impression qui me taraude sournoisement depuis longtemps, avant même que ne me vienne l'idée saugrenue d'écrire un roman, et l'idée encore plus saugrenue de le publier.…

De la séparation à la réparation

On explique toujours trop. Je pourrais me contenter de renvoyer encore une fois lire ailleurs des choses autrement dites. Vous y lirez comment le monde fut séparé par le premier trait de pinceau qui fut le père de tous nos mots et peut-être de tous nos maux. Et dans un autre billet comment le texte essaye de…

Présent simple, passé compliqué

J'écris au présent. Peut-être, comme dit dans un billet précédent, parce que je laisse mes personnages m'envahir de leur présence jusqu'à ce que l'écriture ne soit plus qu'une question de représentation, c'est-à-dire de rendre présent au lecteur ce qui est déjà présent à ma mémoire. J'ai bien essayé, dans une version préliminaire de Parure des Songes, d'écrire…

Nécessité de l’hiver

Comment faire pour bien écrire? Question naïve de l'auteur en quête d'excellence. Pour lui répondre, les vendeurs de bon conseil et de "trucs et astuces pour devenir un bon auteur" (efficace, productif, et donc à succès) foisonnent sur le Web. La mode est au coaching, et tant mieux pour ceux qui arrivent à le vendre.…

Ego alter

Depuis une dizaine de jours j'ai posé la version électronique de Parure des Songes sur la plate-forme monBestSeller.com (un concept sympathique, mais quel nom ridicule!). J'y ai parcouru, et commenté à l'occasion, un certain nombre d'autres publications. Il y a bien sûr souvent des obstacles évidents qui font qu'on ne va pas bien loin dans une…

Au bout du village

On écrit toujours d'un pays, celui de son enfance. Mais de ce pays on est souvent en exil, passé un certain âge. Le premier moteur de l'écriture est donc la nostalgie. On écrit pour réparer, pour se retisser avec le monde. Texte et tissu, c'est tout comme. Penanguer : "le bout du village". C'est le nom d'une arrière-grand-mère…